Jadis et naguère

Publié le par Norby

Bonjour,
 

Aujourd’hui, pour passer en douceur des mots composés aux mots classiques, deux mots du jour au lieu. Connaissez-vous la différence entre jadis et naguère ?

Jadis désigne un passé plus ou moins lointain; il y a longtemps ; naguère, une époque appartenant à un passé récent.

Merci au Ministre de la Santé (Carabin) pour nous avoir transmis l'info. ^_^

Publié dans Le mot du jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Quelle vulgarité! honte à vous qui vous prétendez médecin.
Répondre
\
Oui, en effet des vrais contresens y'en a pas tellement, sauf à rouler dextrorsum sur la place de l'Etoile ou à faire porte de Versailles - porte d'Orléeans sur le périph intérieur, en revanche des cons tres sensuels j'en ai connu quelques uns MDR !!
Répondre
K
J'aime bien le Perrier, c'est fou ça alors !<br /> Le champ', pas très fan, sauf si c'est beuverie générale mon général<br /> Les autres c'est des vins pour vieillards lubriques, et puis vergelesse, je sais pas si ça veut dire laisse ma verge ou si c'est un anglicisme sans verge, alors je me méfie de ces trucs la même s'il font des bulles!<br /> J'suis pas de garde, je potasse sur Pub Med , un site de merdecine, et toutes les 15 mn, comme j'ai la tête farcie, je saute sur Norby (enfin c'est une image) pour lire tes ââââ^neries et celles des autres et les miennes, ça me détend, puis retour sur PubMed
Répondre
L
Allez, pour clôre le sujet sur bayer, béer etc. je suis retourné me rafraîchir la mémoire :<br /> <br /> en fait, les gens écrivent bâiller aux corneilles, par erreur, c'est bien ce dont je me souvenais (mais j'ai oublié le ^) au lieu de bayer aux corneilles qui est donc une variante de béer. Et il ne faut pas confondre aucun de ces verbes avec bailler (sans ^) qui lui signifie "donner" (vous me la baillez bien belle) mais n'est presque plus employé sauf dans ce genre d'expressions
Répondre
L
Oui, bayer aux corneilles. C'est marrant, je l'ai écrit comme ça d'abord puis je l'ai corrigé en "bailler". Quant à béer, c'est une autre orthographe pour bayer, ce dont j'avais le souvenir, mais j'ai été un peu trop rapide en disant béer aux corneilles quand même... Je mélange un peu tout.<br /> <br /> Quant à sabrer le champagne, oui, je l'ai déjà vu faire et je ne fréquente pas les salles de garde. Les gens qui peuvent s'offrir du champ', sont pas des sauvages mais parfois des frimeurs. Et ceux qui s'allument un cigare en brûlant un billet de banque peuvent bien sabrer une bouteille... Je l'ai même vu faire avec un couteau de cuisine assez ordinaire. Ceci dit, je n'aime pas le champagne et pour le même prix, il vaut mieux s'acheter un bon vin blanc (genre Meursault ou Pernand-Vergelesse), c'est cent fois meilleur, et si tu veux des bulles, la Clairette de Die, c'est 3 fois moins cher et c'est super agréable...<br /> <br /> Va te coucher aussi! Ou bien tu es de garde cette nuit ?
Répondre
C
T'en connais beaucoup toi des gens qui sabrent le champ' ? à part dans les salles de garde j'ai jamais vu celà, parce que les gens qui peuvent s'offrir du champ', c'est pas des sauvages !
Répondre
2
Va te coucher !<br /> <br /> je pensais que c'était bayer aux corneilles ?
Répondre
L
et calibrer pour étalonner (à cause de l'anglais), bailler aux corneilles au lieu de béer aux corneilles (qui donne aussi "bouche bée" et l'adjectif béant)<br /> <br /> mais ce ne sont pas des contresens que tu nous indiques mais des erreurs par déformation, comme parler comme une vache espagnole (un basque espagnol). Alors que Naguère est vraiment employé à contresens, dans le sens opposé au sens d'origine. C'est plus rare et plus difficile à trouver.<br /> <br /> Anecdote rigolote : je suis retourné dans le TLFi pour "Au temps pour moi/Autant pour moi" et j'ai eu droit à ceci :<br /> <br /> Vous avez recherché "au temps pour moi" dans le TLF, et le logiciel a décidé de rechercher également "au temps pour moi".<br /> <br /> La raison en est la suivante :<br /> <br /> "au temps pour moi" est identique à "au temps pour moi".<br /> <br /> "au temps pour moi" est donc apparenté à "au temps pour moi".<br /> <br /> Ca me défonce un max! Une logique pareille est tellement implacable que je m'en retrouve bouche bée, coi, et terrassé par cette évidence!<br /> <br /> Ceci dit, l'origine militaire de cette expression fait que la plupart des gens ne la comprennent pas et utilisent (comme moi) "Autant pour moi", ce qui n'est pas totalement dénué de fondement, malgré tout...<br /> <br /> Quant à "sabler le champagne" et "sabrer le champagne", les deux se disent mais on ne doit pas prendre l'un pour l'autre. Le premier est synonyme de "boire le champagne" (le boire d'un trait) alors que le second désigne l'ouverture de la bouteille avec un sabre. Est-ce que le second a été "inventé" par des gens qui n'avaient pas compris le premier ? Qui a sabré le champagne le premier ? (C'est vachement viril, ca doit plaire un max aux machos).<br /> <br /> J'avais encore un truc à dire, mais j'ai oublié... et Norby va dire que je suis trop prolixe et donc prolifique de mon temps et de mes blabla...
Répondre
C
C'est pour ça que je te dame le fion,(lapsus clavis vicieux) j'en ai 2 de plus que toi; t'as que 4 volumes toi ? pauvre hère, que je te plains mon Zorrito !<br /> <br /> EXCELLENTE idée de Zorro (une fois est coutume), les mots à contresens, je propose pour commencer: autant pour moi(pour au temps pour moi), ausculter (pour examiner), mitiger (au lieu de partagé), prolixe(pour prolifique), recouvrir (pour recouvrer), amener (pour apporter), antidiluvien ( pour anté), bourré de remors (au lieu de bourrelé), rabattre les oreilles (pour rebattre), sabrer le champagne (pour sabler), faire long feu et ne pas faire long feu, voilà ce n'est qu'un début continuons le combat comme disainet nos parents en 68
Répondre
L
Tu vois Christophe, si quelques suffisants comme moi n'avaient pas râlé que c'était trop facile aujourd'hui, tu ne serais jamais allé nous chercher toutes ces perles... Comme quoi la perle nait dans la fange! Et le site s'enrichit de nos hues et nos dias... <br /> Mais quand même, où se trouve le sot l'y-laisse ? Je m'interroge toujours...
Répondre