Ubuesque

Publié le par Norby

Bonjour,

Le mot du jour est ubuesque (adj.) : qui évoque le personnage d'Ubu, un tyran grotesque caractérisé par son despotisme, sa cruauté, son cynisme, sa forfanterie.

Publié dans Le mot du jour

Commenter cet article

Norailyain 20/11/2007 09:28

à noter qu'on fait cette année le centième anniversaire de la mort d'Alfred Jarry, créateur du personnage d'Ubu.

Dr Jekill 18/11/2007 20:17

Fétat, vous êtes un fat.

Ceci étant dit, cette histoire de Skal est tout à fait intéressante, je l'en remercie.

christophe fétat 18/11/2007 16:32

ubuesque qui rime avec abracadantesque. L'un comme l'autre permettent d'évoquer la volonté de nos dirigeants de faire passer les cheminots pour des privilégiés lorsque d'autres vendent des stock options comme par hasard au bon moment, lorsque des PDG multiplie par quatre leur salaire tout en critiquant ses salariés qui font grève parce que leur salaire a été gelé pendant cinq ans, lorsque des nantis se voient attribués des cadeaux fiscaux en pagaille alors que de l'autre côté de l'échelle sociale c'est de pire en pire, lorsque un ancien président continue à ne pas être inquiété pour ses méfaits passés et que le nouveau sans vergogne pavane sur un yatch de son ami milliardaire et s'accorde un peu plus d'argent de poche.

Un monde ubuesque à n'en pas douter

Kaléidoscope 18/11/2007 13:41

Cette fois, le mot ne m'était pas inconnu... :)

skal 18/11/2007 10:06

merdre alors !
Ubu est un personnage de fiction créé par l'écrivain français Alfred Jarry : François Ubu, dit le Père Ubu, capitaine de dragons, officier de confiance du roi Venceslas, décoré de l'ordre de l'aigle rouge de Pologne, ancien roi d'Aragon, comte de Sandomir ; puis roi de Pologne, docteur en 'pataphysique, et grand-maître de l'Ordre de la Gidouille.

Le Père Ubu s'est forgé sa personnalité à partir de celle de Monsieur Hébert, professeur de Physique au lycée de Rennes. Ses élèves avaient l'habitude de lui inventer des aventures rocambolesques sous le nom du P. H. (Père Hébert). Jarry a repris à son compte et développé la tradition potachique au point de s'identifier lui-même à son personnage. Sur la fin de sa vie il signait Ubu.