Vergogne

Publié le par Norby

Bonjour,

 

Sur une suggestion de Georges le mot du jour est vergogne (n.f.) : pudeur, retenue, modestie.

Exemple : avoir vergogne (avoir honte) 

Mais que serait ce mot sans sa préposition ?

Sans vergogne (locution): sans crainte, sans scrupule, sans pudeur, sans honte.

Publié dans Le mot du jour

Commenter cet article

Charles Plourde 07/12/2007 04:45

il ya aussi l'expression ''dévergondé'' qui signifie perdresa pudeur, comme dans la chanson '' le petit gars d'à côté'' de Noir Silence, il me semble.


En direct du Québec! Bonne journée!

skal 06/12/2007 16:02

verguenza en espagnol ...un mot inconnu des naturistes sans doute ...et c'est tant mieux !!!

Nico 06/12/2007 12:06

A noter que l'italien reprend le mot pratiquement à l'identique pour la honte, La vergogna.
Et senza vergogna donne chez nous sans vergogne.

Unikokaibientristekeulemodujoursarete

DEVEBE 06/12/2007 08:56

Georges Brassens a fait mieux avec VERGOGNE dans la chansons "les quatre bacheliers"

Nous étions quatre bacheliers
Sans vergogne,
La vraie crème des écoliers,
Des ecoliers.

Pour offrir aux filles des fleurs,
Sans vergogne,
Nous nous fîmes un peu voleurs,
Un peu voleurs.

Les sycophantes du pays,
Sans vergogne,
Aux gendarmes nous ont trahis,
Nous ont trahis.

Et l'on vit quatre bacheliers
Sans vergogne,
Qu'on emmène, les mains liées,
Les mains liées.

On fit venir à la prison,
Sans vergogne,
Les parents des mauvais garçons,
Mauvais garçons.

Les trois premiers pères, les trois,
Sans vergogne,
En perdirent tout leur sang-froid,
Tout leur sang-froid.

Comme un seul ils ont déclaré,
Sans vergogne,
Qu'on les avait déshonorée,
Déshonorés.

Comme un seul ont dit " C'est fini,
Sans vergogne,
Fils indigne, je te renie,
Je te renie. "

Le quatrième des parents,
Sans vergogne,
C'était le plus gros, le plus grand,
Le plus grand.

Quand il vint chercher son voleur
Sans vergogne,
On s'attendait à un malheur,
A un malheur.

Mais il n'a pas déclaré, non,
Sans vergogne,
Que l'on avait sali son nom,
Sali son nom.

Dans le silence on l'entendit,
Sans vergogne,
Qui lui disait : " Bonjour, petit,
Bonjour petit. "

On le vit, on le croirait pas,
Sans vergogne,
Lui tendre sa blague à tabac,
Blague à tabac.

Je ne sais pas s'il eut raison,
Sans vergogne,
D'agir d'une telle façon,
Telle façon.

Mais je sais qu'un enfant perdu,
Sans vergogne,
A de la corde de pendu,
De pendu,

A de la chance quand il a,
Sans vergogne,
Un père de ce tonneau-là,
Ce tonneau-là.

Et si les chrétiens du pays,
Sans vergogne,
Jugent que cet homme a failli,
Homme a failli.

Ça laisse à penser que, pour eux,
Sans vergogne,
L'Evangile, c'est de l'hébreu,
C'est de l'hébreu.

DEVEBE 06/12/2007 08:40

C’est sans aucune vergogne que je vous livre les origines latines en les piochant dans mon Gaffiot.

En latin le verbe vereor signifie avoir une crainte respectueuse pour …, révérer, appréhender, craindre.

Il en dérive l’adjectif verecundus retenu, réservé, discret, modeste, respectable, vénérable.

Et enfin le nom commun féminin vercundia, retenue, réserve, discrétion, modestie, sentiment de honte, timidité.

On trouve encore en français cette fois vergogneux, assez peu employé de nos jours, mais je compte sur vous tous pour le replacer dans vos conversations.

Sur la même racine on a aussi dévergondé et dévergondage.