Affidé

Publié le par Norby

Pompée faisait la guerre au bout du monde ; lui-même briguait le consulat et avait l’espoir de réussir ; le Sénat n’était pas sur ses gardes ; partout régnaient la sécurité et la tranquillité ; la situation était excellente pour Catilina.  Donc, environ aux calendes de Juin, sous le consulat de Lucius César et de Caius Figulus, Catilina convoque d’abord ses affidés un à un, exhorte les uns, éprouve les autres ; il leur montre les ressources dont il dispose, le gouvernement sans défense, les énormes avantages que procurera la conjuration."
Source : La conjuration de Catilina selon Salluste
citation proposée par Nez-Tordu (voir son blog)
 
Bonjour,
le mot du jour est affidé. Ce n’est pas un mot très compliqué, mais il est parfois bon de rappeler le sens de mots que l’on croit maîtriser. Donc vous reconnaîtrez la racine latine, avec fides qui signifie la foi. L’affidé est celui en qui l’on peut se fier et plus péjorativement le compagnon fidèle des mauvais coups. A ne pas confondre avec les aphidés, une famille de pucerons.
Le mot de demain est arsenal.
Norby

Publié dans Le mot du jour

Commenter cet article

Fripouille 08/02/2006 21:50

Alors ça par contre c'est vraiment un mot que je peut utiliser plus facilement.... super j'ai appris un nouveau mot.... et surtout je pourrais le retenir facilement... toujours intéressant de venir apprendre quelques mots... merci. Isabelle

Nez-Tordu 08/02/2006 12:08

"Transférés de la Force à la Conciergerie depuis vingt-quatre heures avec La Pouraille, deux autres forçats avaient reconnu sur-le-champ, et fait reconnaître au préau cette royauté sinistre de l'ami promis à l'échafaud. L'un de ces forçats, un libéré nommé Sélérier, surnommé l'Auvergnat, le père Ralleau, le Rouleur, et qui, dans la société que le bagne appelle la haute pègre, avait nom Fil-de-Soie, sobriquet dû à l'adresse avec laquelle il échappait aux périls du métier, était un des anciens affidés de Trompe-la-Mort."
Honoré de Balsac