Féru

Publié le par Norby

Bonjour,

Le mot du jour est féru. Vous l’avez sans doute déjà rencontré, ce petit adjectif : être féru de musique, de cinéma, autrement dit être mordu, fana (un peu familier comme langage), passionné… Par exemple vous pouvez dire « je suis féru du blog le mot du jour » (vous n’êtes pas obligé, hein !).

En fait, féru n’est autre que le participe passé (employé donc comme adjectif) du verbe férir. Quoi, ça ne vous dit rien ? Mais si voyons, ce verbe n’est certes plus beaucoup usité autrement qu'à l'infinitif (depuis au moins la fin du XVIIe siècle, c’est dire !). Mais vous connaissez la locution : « sans coup férir » : sans combattre, sans rencontrer de résistance ou de difficulté.

Le rapport entre la passion et le combat ? L’amouuuuuuuuuur bien sûr ! Un brin d’étymologie s’impose : férir vient du latin ferire, frapper. Initialement, féru signifiait être blessé, frappé de quelque chose. Autrefois, féru s’appliquait aux gens. Etre féru d’une femme, par exemple, signifiait être éperdument amoureux de ladite personne. De la blessure à l’amour, de l’amour à l’engouement...

Zolurne (voir son blog) nous a trouvé une citation où, regardez bien, on trouve le verbe férir conjugué :

"Nous fûmes dupes, vous et moi,
De manigances mutuelles,
Madame, à cause de l'émoi
Dont l'Été férut nos cervelles."
Paul Verlaine, Fêtes galantes

Demain, nous prendrons le maquis.

Publié dans Le mot du jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

thiffany 28/04/2006 22:58

Merci mon Prince ! Je présume que tu t'adressais à M'dam' la BOSSE pour les " bisous partout " ? Mais, Monseigneur,  si je ne réagissais pas, elle me collerait du taf' même le jour de NOËL la bougresse !  Le crapaud croasse et la caravane passe... ;)) Douce nuit à toi !

Charles 28/04/2006 22:32

J'intègre les compléments dans l'article pour être sûr que vous ne loupiez rien. C'est du présent du subjonctif. Ma technique c'est de placer des "il faut". Par exemple Il faut  intégrer [les compléments dans l'article pour être sûr] que (introduction du subjonctif) [vous ne] loupiez rien.En espèrant vous avoir embrouillé. Bisous partout.

thiffany 28/04/2006 20:13

M'dam' la BOSSE : t'as vu l'heure ? Tu crois p'têt' que je vais faire des heures sup' pour le même tarif ? Demande à CHARLES qui  va se faire un plaisir de t'expliquer pour quelle raison " loupIEZ " s'impose dans ce cas précis,  j'en suis sûre. Sa galanterie n'a d'égale que son gand dévouement pour toi ( et son érudition ).  ;)) Pok

Norby et Kortex 28/04/2006 20:27

Réponse : insubordination dans les rangs ? 'Tention ma ptite dame ! :p

thiffany 28/04/2006 11:12

NORBY : " très " bavardes ou " trop" bavardes ?  Peux-tu préciser le fond de ta pensée...?   ;))  BTW :  "pour être sûr que vous ne loupez rien" dixit NORBY.  Enfin, un peu de taf' ! Ne crois tu  pas qu'il eût été judicieux de mettre là, un truc du style " loupiEZ " ? Enfin, tu fais keske tu veux bien sûr !  :)))      Pok

Norby 28/04/2006 19:31

Réponse : heu... juste beaucoup bavardes. Tellement bavarde, que je fais des fôôôtes (mais celle-là, faudra m'expliquer parce que j'ai pas trop saisi ce qui grammaticalement incite à "loupiez"). Pok !

thiffany 27/04/2006 20:26

NORBY : si les visiteurs ne prennent pas la peine... c'est bien la peine qu'on se décarcasse à les donner les comments !  Ca fait tjrs plaisir... :((          signé : ton factotum

Norby et Kortex 28/04/2006 00:33

Réponse : ah mais non, j'en sais rien, enfin disons que parfois j'intègre les compléments dans l'article (en citant la personne qui a bossé, hein, sinon je reçois des coups de latte quand je sors dans la rue) pour être sûr que vous ne loupez / loupiez rien, gniark gniark gniark. Dites donc, on est très bavardes, nous 2, ces derniers temps !