Valétudinaire

Publié le par Norby

LE MAÎTRE: Aussi, Jacques, pourquoi m'avez-vous dérouté?... N'as-tu pas vu chez Desglands un petit enfant?
JACQUES: Méchant, têtu, insolent et valétudinaire? Oui, je l'ai vu.
LE MAÎTRE: C'est un fils naturel de Desglands et de la belle veuve.
JACQUES: Cet enfant-là lui donnera bien du chagrin. C'est un enfant unique, bonne raison pour n'être qu'un vaurien; il sait qu'il sera riche, autre bonne raison pour n'être qu'un vaurien.
LE MAÎTRE: Et comme il est valétudinaire, on ne lui apprend rien; on ne le gêne, on ne le contredit sur rien, troisième bonne raison pour n'être qu'un vaurien."
Extrait de Jacques le Fataliste et son Maître, Denis Diderot
citation proposée par Nez-Tordu (voir son blog)
Ya plus de jeunesse !
Qu'est-ce, de notre temps, qu'un jeune homme en effet ?
Une frêle poupée, un fat, un freluquet
un débile Adonis, un valétudinaire,
avant trente ans, déjà presque sexagénaire.
Alexis Piron, L'École des pères
citation proposée par Zolurne (voir son blog)
Bonjour,
Le mot du jour est valétudinaire (suggéré par l’équipe de Radioblogs d’Europe 2 comme étant un mot que personne ne connaît... jusqu'à aujourd'hui ! (humour)).
Adj. et subst.
(Emprunté au latin valetudinarius adjectif et substantif « malade »)
 
Littéraire
1 / Adj. et subst. (Personne) dont la santé est chancelante, délicate, qui est souvent malade. Synonymes : cacochyme, égrotant, maladif
- Par analogie valétudinaire de + subst.
Ex : S'il [M. d'Offlize] succombe à leurs attaques [de ses ennemis], il appartient à ces valétudinaires de la pensée que la nature morale a condamnés comme la nature physique a condamné les phtisiques (BALZAC, Œuvres div., t. 2, 1835, p. 677).
- Par métaphore. Je me confesse à vous comme le sait faire l'homme à l'homme, la nature faible à la forte, l'âme troublée et valétudinaire à l'intelligence sereine et haute (M. DE GUÉRIN, Corresp., 1835, p. 223).
2 /
Adjectif
- [En parlant d'une période de l'existence] Qui se passe dans un état quasi continu de maladie, de faiblesse. Enfance, vieillesse valétudinaire. Pour les personnes dont la jeunesse a été précoce, ou valétudinaire, l'âge mûr se termine quelquefois vers la quarante-neuvième année (CABANIS, Rapp. phys. et mor., t. 1,1808, p. 246).
- [En parlant d'une chose concrète] Plaisanterie. Qui est en mauvais état, d'apparence fragile. Silence du dimanche autour du Séminaire Et silence surtout Place de l'Évêché Où divaguait parfois le bruit endimanché D'une cloche très vieille et valétudinaire (RODENBACH, Règne sil., 1891, p. 127). Une vitrine pleine de statuettes, des fauteuils valétudinaires, un sopha drapé dans un grand châle de cachemire (DUHAMEL, Suzanne, 1941, p. 136).
et au figuré. Fragile, chancelant. La Russie, ce grand empire valétudinaire (MUSSET dans Le Temps, 1831, p. 16). Tous les livides mangeurs d'oignons chrétiens de la Haute et Basse Égypte comprirent admirablement que la guerre aux Juifs pouvait être (...) un excellent truc pour cicatriser maint désastre ou ravigoter maint négoce valétudinaire (BLOY, Salut par Juifs, 1892, p. 22).
On dit merci le TLFi !
 
Le mot de demain est … (je ne sais pas encore, mais j’improviserai !)
Norby

Publié dans Le mot du jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Zolurne 11/01/2006 11:57

Ya plus de jeunesse !
Qu'est-ce, de notre temps, qu'un jeune homme en effet ?Une frêle poupée, un fat, un freluquetun débile Adonis, un valétudinaire,avant trente ans, déjà presque sexagénaire.
(Alexis Piron, L'École des pères)

Nez-Tordu 09/01/2006 22:42

"JACQUES: Et s'est-il passé beaucoup de choses?LE MAÎTRE: Beaucoup.JACQUES: En ce cas, si vous donnez à chacune la même étendue qu'au portrait de l'héroïne, nous n'en sortirons pas d'ici à la Pentecôte, et c'est fait de vos amours et des miennes.LE MAÎTRE: Aussi, Jacques, pourquoi m'avez-vous dérouté?... N'as-tu pas vu chez Desglands un petit enfant?JACQUES: Méchant, têtu, insolent et valétudinaire? Oui, je l'ai vu.LE MAÎTRE: C'est un fils naturel de Desglands et de la belle veuve.JACQUES: Cet enfant-là lui donnera bien du chagrin. C'est un enfant unique, bonne raison pour n'être qu'un vaurien; il sait qu'il sera riche, autre bonne raison pour n'être qu'un vaurien.LE MAÎTRE: Et comme il est valétudinaire, on ne lui apprend rien; on ne le gêne, on ne le contredit sur rien, troisième bonne raison pour n'être qu'un vaurien."Extrait de "Jacques le Fataliste et son Maître" de Denis Diderot 

Norby et Kortex 10/01/2006 00:58

Réponse de Norby : Ah Jacques le fataliste... j'ai eu une prof de français qui, pour nous donner envie de le lire, a eu la *bonne* idée de nous dire pourquoi Jacques était fataliste... forcément ça donne envie ! Ralala, les profs ne devraient pas oublier, que nous, les gamins de la fin du XXe siècle, sommes nourris aux cliffangers des séries américaines...

J.F. Cochard 09/01/2006 14:04

Bonne santé pour 2006 !

Norby 09/01/2006 16:35

Réponse de Norby : euh, oui effectivement, ça commence mal :p Allez, bonané à tous !

Nez-Tordu 09/01/2006 13:19

Chapeau ! (bas)

Norby 09/01/2006 16:36

Réponse de Norby : il faut rendre au TLFi ce qui est au TLFi !